« un oup oup oup » peut en cacher un autre

IMG_0087_1600

Huppe fasciée, photo Reynald Hézard

Dans les années 70-90 (1900, pas 1800 quand même!), au cours des mois de janvier à mars, de longues heures et parfois nuits entières étaient consacrées à l’écoute des « oup oup oup ».
A savoir la recherche de la petite chouette aux yeux d’or. La Tengmalm a malheureusement disparu de Côte d’or et pratiquement de Bourgogne, sans laisser d’explications.
Actuellement, les « oup oup oup » sont plutôt entendus d’avril à juin, de plus en plus régulièrement (réchauffement climatique?).
Ils ne sont plus nocturnes, mais diurnes. L’oiseau a de moins beaux yeux, mais pour le reste …
Photos autour d’une nichée élevée dans un trou de mur d’écurie à 1.50m du sol. Déjà occupé il y a quelques années.
A défaut de nichoirs à Tengmalm, de quoi s’occuper avec des nichoirs à Huppe.
En bons citoyens, les jeunes ont quitté la cavité le 14 juillet. Sans chanter la Marseillaise, un peu trop différente des « oup oup oup ».

Reynald Hézard, toujours sur le « (c)oup », a partagé ses photos avec nous. Vous pourrez juger de la qualité de son travail sur le diaporama ci-dessous.

Les commentaires sont fermés