Hibou des marais

Le Hibou des marais (Asio flammeus)

Hibou des marais

Hibou des marais photo A. Balchazard

Il faut bien un dernier. S’il l’est chronologiquement, le Hibou des marais devrait être la première espèce à protéger. Ou plutôt aurait dû être… Trop tard, beaucoup trop tard. Certes, il n’a jamais été très abondant, ni en Bourgogne, ni dans le reste de la France. Qui veut se régaler en Hibou des marais doit prendre le chemin du nord : Ecosse ou Finlande. Ces pays (les partisans de l’indépendance de l’Ecosse applaudiront, le nom latin de l’Effraie « Alba » est pour eux celui de leur « pays ») ont gardé, plus ou moins intentionnellement, des milieux humides favorables au Hibou des marais.

Même si quelques autres nocturnes prennent plaisir à se montrer un peu diurnes (Chevêche, Chevêchette), le Hibou des marais s’offre volontiers à l’observation de jour. Et quel spectacle, quel vol aérien ! Bienheureux « vétéran » de la Choue qui, avec deux autres compères, avait trouvé, un jour de juin 1972, 2 nids de Hibou brachyote (8 et 9 œufs) et 7 nids de Busard cendré, dans un des derniers marais bourguignons. Salut Alain …

Les commentaires sont fermés